Vous êtes ici: Page d'accueil > Non-syndiqués > SPECIAL JEUNES DIPLOMES

SPECIAL JEUNES DIPLOMES

Bienvenus

Vous entrez dans la vie professionnelle de la masso-kinésithérapie. Ce métier, vous l'avez choisi, vous vous y êtes formés, et vous avez réussi le diplôme qui en permet l'exercice. Je vous félicite pour le choix et la réussite au diplôme et je vous invite dès maintenant à participer à la promotion et à la défense de notre profession. Les négociations avec les Caisses d'Assurance Maladie, avec le Ministère de la Santé, réussissent d'autant plus que nous sommes forts et solidaires. La FFMKR est un syndicat professionnel qui défend chaque kinésithérapeute dans son exercice quotidien. Du président national au responsables départementaux, tous exercent comme vous ce métier qu'ils aiment. Aujourd'hui, nous avons besoin de vous pour promouvoir la kinésithérapie.

Que faire avec son diplome





Vous vous posez des questions au moment d’entrer dans la vie professionnelle,
Nous allons vous aider à y répondre.

1. Récupérer votre diplôme d'état.

Faites des photocopies certifiées conformes de votre diplôme, et ne vous en séparez jamais car il n’en est pas délivré de copie.

2. Vous devez vous inscrire au tableau du Conseil de l’Ordre du département où vous allez exercer. Le CDOMK vous indiquera les documents nécessaires ainsi que le montant de la cotisation obligatoire que vous devrez acquitter. Il vous demandera de lui communiquer tous les contrats concernant votre exercice professionnel (baux, contrats de remplacement, d’assistanat, d’association, d’emploi, etc.).

3. Faire enregistrer votre diplôme d'Etat auprès de la Délégation Départementale de l'Agence Régionale de la Santé (ARS) de votre département d'exercice. Ceci est une obligation, quel que soit votre type d'exercice (libéral, salarié, remplaçant). L'ARS vous attribuera un n° d'identification ADELI.

4. Si vous exercez à titre libéral, signalez votre début d'exercice à la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de votre département d'exercice. Pour ce faire, adressez-vous au service des relations avec les professionnels de santé. Cette caisse procédera à votre affiliation, elle vous remettra le texte de la convention nationale. Chaque kinésithérapeute dispose d'un mois pour faire savoir s'il refuse l'exercice conventionnel. Si vous optez pour l’exercice conventionnel, cette Caisse assurera votre couverture maladie. En même temps, demande de télétransmission et feuille de soins.

5. Dans les huits jours qui suivent le début de l'exercice libéral, vous devez contacter le CFE de votre département d'exercice. Le CFE vous fait remplir une déclaration d'existence libérale et vous affilie au régime d'assurance maladie choisi (PAM conventionné ou RSI non conventionné), aux allocations familiales, formation continue (URSSAF) et à la CARPIMKO. Il faudra bien sûr fournir le Diplôme d'Etat et votre n° ADELI, mais aussi, vos coordonnées bancaires, votre carte d'assuré social et votre n° d'inscription à l'Ordre.

6. Souscrire une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RCP) afin de couvrir les risques de l'exercice. Cette assurance est obligatoire si vous exercez à titre libéral et vivement conseillée si vous exercez à titre salarié.

7. Si vous exercez à titre libéral, vous devez également signaler votre début d'exercice à la CARPIMKO (Caisse Autonome de Retraite et Prévoyance des Infirmiers, Masseurs-Kinésithérapeutes, Pédicures Podologues, Orthophonistes, Orthoptistes) [Carpimko - 6 place Charles de Gaulle - 78882 St Quentin en Yvelines] dans les 30 premiers jours d'exercice si vous n'avez reçu aucun dossier suite à votre déclaration du CFE.

 

La kinésithérapie au 1er janvier 2010
(Source: DREES n° 144 mai 2010 les professions de santé au 1er janvier 2010)



La France compte 68923 masseurs-kinésithérapeutes
(métropole)
Les DOM comptent 1922 masseurs-kinésithérapeutes

LIBERAL ou SALARIE ?

LIBÉRAL

1. Exercice dans le cadre conventionnel

Exercice libéral de la profession mais obligations liées au « contrat » conventionnel passé avec les Caisses d’Assurance Maladie. (Tarifications imposées, respect des dispositions de la nomenclature des actes professionnels). Ces contraintes permettent cependant un remboursement effectif des soins aux patients.
Bénéfice des avantages sociaux aux praticiens ayant choisi l’option conventionnelle (C'est-à-dire prise en charge par l’assurance maladie d’une partie des cotisations sociales d’assurance maladie, et d’une part de la cotisation retraite des praticiens conventionnés).
Participation des caisses à la formation continue des praticiens.

2. Exercice dans le cadre non conventionnel

Liberté des tarifs.
Remboursement des assurés sociaux au tarif d’autorité (somme dérisoire).
Non bénéfice des avantages sociaux et donc obligation de recourir à une caisse d’assurance maladie de non salariés pour sa couverture maladie.

A ce jour la quasi-totalité des kinésithérapeutes travaille à l’intérieur du système conventionnel.

SALARIÉ

Il existe des conventions collectives différentes selon l’employeur. Il en résulte des salaires et des avantages sociaux différents.

Aujourd’hui avec l’application des 35 heures, les conditions de travail des salariés procurent une relative qualité de vie, bien que les salaires restent modestes.

L’exercice à temps partiel y est assez répandu :

Environ 1/3 des emplois dans le secteur public.
Environ 1/2 des emplois dans le secteur privé.
Près des 3/4 des emplois dans les établissements sociaux.

Les principales structures avec chacune des conventions collectives différentes sont les suivantes :

Secteur public et sécurité sociale.

Fonction Publique Hospitalière.
Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale.

Secteur privé à but non lucratif.

Fédération des Syndicats Nationaux d’Employeurs des Etablissements et Services pour Personnes Inadaptées ou Handicapées.
Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Assistance Privée.
Croix Rouge Française.
Fédération Française des Etablissements de Soins, de Cure et de Prévention pour Enfants.
Fédération Nationale des Centres de Lutte contre le Cancer.

Secteur privé à but lucratif.

Fédération Intersyndicale des Etablissements d’Hospitalisation Privée/Centres de Réadaptation Fonctionnelle.
Syndicat national des Etablissements de Suite et de Réadaptation Privée.Fédération Nationale des Etablissements Médicaux pour Enfants et Adolescents.
Cabinets Médicaux.
Union Hospitalière Privée.
Fédération Intersyndicale des Etablissements d’Hospitalisation Privée.

-------------------------------------------------------------------------------------------------


REMPLACEMENT

Souvent, avant l’installation, le jeune professionnel effectue des remplacements chez des confrères.
Dans tous les cas il doit signer un contrat de remplacement.
Le remplaçant est un professionnel libéral et à ce titre il doit remplir les obligations prévues pour les praticiens conventionnés (Voir formalités).

INSTALLATION

L’installation ou la reprise d’un cabinet doit faire l’objet d’une véritable étude de marché, et prendre en compte de nombreux paramètres : environnement socioprofessionnel, environnement médical et paramédical, population, facteurs économiques, densité de la population et des confrères, etc.… De plus, afin de permettre l’accès aux soins à l’ensemble de la population, un dispositif de régulation démographique a été mis en place en juillet 2012. Le conventionnement est soumis à certaines règles dans les zones « sur dotées » (Cette disposition a été supprimée par un arrêt du Conseil d'Etat en date du 17 mars 2014 et publiée au JO du 21 mars 2014, le conventionnement n'est plus soumis à aucune règle dans les zones "sur dotées") . Dans les zones « très sous dotées » et « sous dotées » des mesures incitatives (notamment financières) à l’installation et au maintien de l’existant ont été mises en place. Dans les zones « intermédiaires » l’accès au conventionnement n’est soumis à aucune condition particulière. Ne pas hésiter à consulter les mairies, les CPAM, les ARS ; la chambre économique, l’INSEE, et surtout le syndicat départemental FFMKR.
Carto Santé
Vous reporter au site : http://carto.ars.sante.fr/cartosante/

PLAQUE PROFESSIONNELLE ET ANNUAIRE

Seules les indications suivantes doivent figurer sur la plaque professionnelle (25 cm x 30 cm maximum) : Nom, Prénom, Téléphone, Titre reconnu par le Ministère de la Santé.

ACHAT D'UN CABINET

Le montant de cet achat s’évalue en tenant compte du chiffre d’affaire des trois dernières années d’exercice, mais aussi de la qualité de l’installation, du plateau technique et de l’environnement professionnel, médical et humain. Les confrères formés et reconnus comme « experts et arbitres » par la FFMKR peuvent être consultés.

INTÉGRATION AU SEIN D'UN CABINET

Il s’agit aujourd’hui, pour beaucoup, d’une solution tentante.
En effet lorsqu’un cabinet possédant un bon plateau technique ne peut plus faire face à l’afflux de patients, la solution réside dans la recherche d’un nouvel associé. Ce nouvel associé « n’attendra donc pas le client », les seules difficultés résideront dans la nécessaire bonne entente entre associés.

COLLABORATEUR LIBÉRAL

Au départ, cette formule peut être un excellent moyen de s’orienter vers une future association. Le contrat que vous signerez (convention d’exercice conjoint) avec le ou les confrères titulaires du cabinet, devra respecter votre indépendance professionnelle et ne pas créer de liens de subordination. Un pourcentage de reversements de vos honoraires représentera la location des locaux du cabinet. Chaque cas est un cas particulier, un bon contrat devra prendre en compte tous les éléments de cet exercice conjoint. FIDUCIAL, notre partenaire, est à votre disposition pour vous aider dans ces démarches.

ASSOCIATION

Lorsque la décision de s’associer est prise, il y a plusieurs solutions : la SCM (société civile de moyens), la SCP (société civile professionnelle), l’une ne mettant en commun que les moyens d’exercice de votre profession, l’autre mettant en commun également les honoraires. Il y a aussi la SELARL. Là aussi, il convient de consulter des professionnels au fait des spécificités kinésithérapiques afin de rédiger les bons contrats et d’effectuer les démarches administratives relatives à ces exercices.

Quand vous signez un contrat, attention aux conséquences juridiques !

Tout contrat d'association ou de collaboration doit prévoir les modalités de rupture (dudit contrat) pour limiter la portée des conséquences de celle-ci et éviter de mauvaises surprises.
Il est aussi indispensable de se pencher sur le devenir de son outil professionnel – cabinet, parts de SCM, parts de SCP – en cas de rupture de sa vie de couple. Statistiquement deux mariages sur trois en Ile-de-France se terminent par un divorce. L'épreuve est souvent mal vécue et conflictuelle. Il est inutile d'y ajouter un conflit financier. Aussi est-il fortement conseillé d'établir un contrat de mariage ou tout autre contrat en fonction de la vie de couple. En l'absence de contrat, le patrimoine acquis, y compris professionnel, sera partagé à égalité.

------------------------------------------------------------------------



La couverture maladie

- du kinésithérapeute conventionné
La couverture maladie du kinésithérapeute conventionné est assurée par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) du lieu d’exercice.

- du kinésithérapeute non conventionné
La couverture maladie du kinésithérapeute est assurée par le RSI (caisse régionale).

- les modalités
L’immatriculation a lieu dans le délai maximum d’un mois d’exercice. Il est conseillé d’effectuer les démarches au moment des formalités d’enregistrement du début d’exercice (service des relations avec les professionnels de santé). Il est à noter qu’aucun praticien n’est couvert pendant les 30 premiers jours d’activité et que les remplaçants ne sont reçus qu’au bout de 30 jours.

Les prestations consistent dans le remboursement des frais médicaux, des honoraires des praticiens, des frais d’hospitalisation et de produits pharmaceutiques, des frais d’optique, des soins et de prothèses dentaires, sur les mêmes bases que les assurés sociaux salariés.

La couverture Accident du Travail est facultative mais conseillée ; elle offre la possibilité, en cas d'accident du travail, de pouvoir être pris en charge à 100 % en ce qui concerne les frais médicaux, les honoraires des praticiens, les frais d'hospitalisation et de produits pharmaceutiques. En revanche, en cas d’arrêt de travail, aucune indemnité journalière n’est perçue (éventuellement une rente si handicap important). Ces cotisations sont, au même titre que les cotisations d'Assurance Sociale et d'Allocations Familiales, payables à l'URSSAF dont dépend votre établissement.

- la maternité du praticien conventionné : Au 1er juillet 2011, l’allocation de repos maternel versée en deux fois, au 7è mois et à l’accouchement s’élève à 1473 € x 2. Allocation d’interruption d’activité (48,42 €) par jour à condition d’avoir aucune activité rémunérée au moins 8 semaines (dont 2 semaines avant accouchement).

- l’allocation paternité : Au 1er janvier 2012, l’indemnité journalière forfaitaire maximale s’élève à 80,04 € par jour (78,39 €en Alsace Moselle)

La couverture incapacité, invalidité, décès
Elle est assurée par la CARPIMKO qui verse une indemnité journalière du 91ème au 365ème jour d’arrêt d’incapacité totale ou temporaire de travail due à un accident ou une maladie. Une rente d’invalidité est versée à partir du 365ème jour.

Les contrats facultatifs, mais conseillés
En complément de ces régimes obligatoires, il y donc intérêt à souscrire un ou plusieurs contrats pour garantir les incapacités temporaires, les frais médicaux, l’invalidité et le décès. Ce ou ces contrats devront tenir compte du versement seulement à partir du 91ème jour de l’indemnité CARPIMKO afin de couvrir suffisamment cette période initiale. Des contrats groupes ont étés négociés avec les partenaires de la FFMKR. Ils vous font bénéficier de tarifs avantageux et sont adaptés à notre spécificité professionnelle.
-----------------------------------------------------------------------------



Vous êtes jeunes et déjà il faut y penser. La loi n° 2010-1330 du 9 novembre 2010 a modifié l'âge légal d'ouverture du droit à la retraite et l'âge d'obtention du taux plein qui sont dorénavant fixés en fonction de la génération à laquelle appartient l'assuré. Le calendrier initialement prévu par ce texte a été modifié par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2012.

Cette loi a modifié l’âge de départ à la retraite :

65 ans et 9 mois pour les assurés nés en 1952;

66 ans et 2 mois pour les assurés nés en 1953;

66 ans et 7 mois pour les assurés nés en 1954;

67 ans pour les assurés nés en 1955 et les générations suivantes.



Cette loi a également modifié la durée des cotisations :

La durée de cotisation nécessaire pour bénéficier du taux plein continue de progresser en tenant compte de l'espérance de vie. Actuellement fixée à 40,5, 40,75 et 41 ans pour les assurés nés, respectivement, en 1950, 1951 et 1952, elle a été portée à 41,25 ans pour ceux nés en 1953 et 1954. Pour ceux nés en 1955, le décret du 1er août 2011 a fixé la durée à 41,5 ans. Enfin, pour ceux nés après le 1er janvier 1956, elle sera fixée par décret l'année de leur 56ème anniversaire.

Si vous ne respectez pas les critères précités, vous devrez travailler plus longtemps pour toucher votre retraite pleine et entière. Sinon vous serez pénalisé en fonction du nombre de trimestres manquants.

La particularité de la caisse de retraite des auxiliaires médicaux est de regrouper des professions jeunes et aux professionnels actifs nombreux.

Le rapport démographique reste favorable et notre système de retraite est donc équilibré.

La solidarité offre des avantages, mais aussi des contraintes ; pour l’un de ses trois régimes (le régime de base), commun à toutes les professions libérales, la CARPIMKO participe à la solidarité entre professions libérales en compensant pour les autres caisses aux professionnels peu nombreux et au rapport démographique défavorable, au sein de la CNAVPL (Caisse Nationale Assurance Vieillesse des Professions Libérales) et la réforme de 2003 a rendu cette solidarité encore plus injuste pour les affiliés de la CARPIMKO.

La gestion de votre caisse de retraite est assurée par des professionnels que vous élisez régulièrement. Votre participation à cette élection est pour vous la garantie d’une défense vigilante de vos intérêts.

Pour des informations mises à jour en direct, rendez-vous sur le site de la carpimko : http://www.carpimko.com/sv1/retraite/retraite_assure_rb.php

-------------------------------------------------------------------------------------