Vous êtes ici: Page d'accueil > Assemblée Générale > reforme des études

reforme des études

Chère Consoeur, Cher Confrère,
Depuis des années, la profession et particulièrement la FFMKR se battent pour une indispensable
réforme de la formation initiale des masseurs-kinésithérapeutes. De manifestations en réunions,
de manifestations en rendez-vous off, d’actions en rendez-vous officiels, le gouvernement vient de
faire un immense pas en avant inconcevable il y a encore quelques semaines. Suite à la
mobilisation totale et indéfectible de l’ensemble de la profession depuis de longues années, le
gouvernement a pris pleinement conscience, ces derniers jours, qu’il était impossible de faire tenir
en trois ans la formation spécifique en masso-kinésithérapie. La difficulté de faire avancer ce
dossier, bloqué depuis bien longtemps a été une gageure. Imaginez : 1945 : 2 ans d’études.
1969 : 3 ans… et seulement en 2015 : 1+4.
Un pas important vient d’être franchi avec la réception hier au soir d’un courrier d’arbitrage signé
de mesdames Najat VALLAUD-BELKACEM, ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement
supérieur et de la recherche, Marisol TOURAINE, ministre des affaires sociales, de la santé et des
droits des femmes et Geneviève FIORASO, secrétaire d’État chargée de l’enseignement supérieur
et de la recherche. Courrier que vous trouverez joint.
Le cadrage présente plusieurs avancées notoires :
- une 4ème année de formation spécifique en IFMK dès 2015 (au lieu de trois actuellement) soit
240 ECTS
- la fin du recrutement par concours PCB à partir de la rentrée 2016 (contre une sélection
inégalitaire et inéquitable à ce jour)
Cet arbitrage est une réelle avancée, un signe fort de valorisation et de reconnaissance
de la profession.
La FFMKR restera toutefois prudente lors des travaux relatifs aux modalités d’entrée dans les
études de santé. En effet, la FFMKR exige que l’année universitaire précédent l’entrée en IFMK se
fasse majoritairement par PACES (environ 80 %) les 20 % restant, par STAPS et 1ère année de
licence de sciences afin d’assurer une diversité nécessaire aux recrutements et aux profils. La
FFMKR s’oppose fermement à toute sélection sur dossier « post-bac ». La FFMKR restera
également très vigilante sur l’équivalence du DE de kiné à 300 ECTS, notamment dans le cadre
des équivalences de diplômes européens.
La FFMKR participera pleinement aux travaux qui vont être mis en place afin d’apporter des
réponses positives, notamment sur ces deux derniers points, de façon à ce que la profession ainsi
qualifiée puisse prendre toute sa part dans la prise en charge des patients tel que l’a souhaitée la
ministre dans le cadre des orientations de la stratégie nationale de santé.
La FFMKR et la profession ne peuvent que se réjouir de cette avancée importante, indispensable et
inéluctable afin de déployer un cursus de formation de qualité permettant aux masseurs
kinésithérapeutes de répondre aux nouvelles exigences des patients et des missions qui lui sont
confiées.

Assemblée Générale

les référentiels Accès CARPIMKO reforme des études

Généralités